Les Femmes et la Migration dans un monde globalisé: Intégration, Sécurité et Opportunités

Rome, Italie, les 17 et 18 janvier 2003

Résolution

Pour un nombre croissant de femmes, la mondialisation a abouti à des migrations: les femmes sont de plus en plus nombreuses à participer aux migrations internes, régionales et internationales pour trouver un emploi et la plupart d'entre elles sont employeés pour faire des travaux agricoles et domestiques.

Les femmes émigrent pour fuir les catastrophes naturelles et écologiques, les guerres, l'oppression politique, les discriminations sexuelles, et les violations des droits de la personne. Certaines sont forcées à émigrer par des trafiquants.

La traite des femmes aux fins de la prostitution est un crime sexospécifique. Dans le monde entier, la plupart des victimes de la traite des êtres humains, bien que pas toutes, sont des femmes et la grande majorité des agresseurs sont des hommes. Il faut lutter contre la traite des êtres humains aux deux bouts de la chaîne. Tous les marchés ont besoin de clients pour fonctionner.

La traite des êtres humains peut également se produire dans d'autres buts. Les filles et les garçons, les femmes et les hommes sont vendus et achetés pour être exploités comme main-d'oeuvre dans des confiseries, sur des chantiers de construction ou dans des plantations. Les enfants sont enlevés pour servir dans l'armée, les femmes et les enfants sont vendus en servitude comme domestiques.

Avec les politiques d'immigration restrictives, les immigrés risquent de ne pas pouvoir faire autrement que d'acheter les services de contrebandiers, ce qui permet aux trafiquants d'utiliser les mêmes filières profitables. Il est essentiel que les mesures des états contre la traite des êtres humains n'entravent pas l'immigration, la liberté de voyager et la mobilité juridique, et surtout la capacité des femmes à émigrer.

Bien que parmi les émigrés d'âge adulte, le nombre de femmes soit inférieur à celui des hommes, celui-ci augmente plus rapidement.

Aussi longtemps que les gens espèreront améliorer leur vie en émigrant, il y aura migration. La meilleure façon de soutenir cette population est de lutter pour un monde plus équitable.

Un conflit existe dans les pays hautement industrialisés. Leurs sociétés ont besoin des migrants des deux sexes. Mais certains citoyens de ces pays se sentent menacés par la présence des migrants. Ils pourraient avoir peur d'une plus grande compétition sur le marché du travail ou perdre confiance en eux face aux changements issus de la diversité culturelle et religieuse.

Donc même si l' économie et la croissance économique dépendent de l'immigration, la société a souvent peur de ses conséquences. L'économie a besoin des immigrés, mais la société les craint. Ce conflit doit être surmonté.

Il est impossible de mettre un terme à la circulation des personnes, mais il faut réglementer les migrations: la possibilité pour les pays d'accueil de prévoir les flux de population leur permet de mettre en place des politiques d'intégration visant à aider les émigrés et à rassurer les citoyens.

Le nombre de travailleurs clandestins est susceptible d'augmenter suite à l'imposition de restrictions croissantes sur la circulation des personnes entre les pays. Toutefois, les travailleuses immigrées qui disposent d'une autorisation officielle sont tout particulièrement vulnérables, car elles occupent en général des emplois sous-payés et non qualifiés, bénéficiant d'une protection légale insuffisante ou nulle.

En outre, les femmes qui suivent leur famille et leur époux vivent souvent dans un isolement qui les maintient dans leur rôle traditionnel, ce qui renforce le modèle conservateur de la famille. Elles sont invisibles, ne sont pas entendues et souvent maltraitées et privées de leurs droits fondamentaux. Souvent, elles sont exploitées par des trafiquants et deviennent victimes de cette nouvelle forme d'esclavage. Elles sont victimes d'une combinaison de facteurs discriminatoires qui se renforcent les uns les autres.

Aujourd'hui, les politiques d'intégration s'adressent aux hommes plutôt qu'aux femmes car ceux-ci sont plus visibles. Il faut donc adopter une démarche qui fasse sortir les femmes de l'ombre, une politique qui mette en lumière leur niveau d'instruction, leurs compétences professionnelles et leur expérience. Elles doivent participer aux politiques d'intégration sociale et en être des protagonistes actifs.

La promotion de processus d'intégration dans les pays d'accueil doit être complétée par une coopération internationale visant à réduire la nécessité d'émigrer pour des raisons économiques. La discrimination contre les femmes représente la cause principale de pauvreté dans le monde entier. Pour favoriser avec efficacité la réduction de la pauvreté, il est nécessaire de donner aux femmes le droit de posséder des terres et d'avoir accès au crédit, par exemple au moyen de dispositifs de microcrédit.

Les immigrés des deux sexes contribuent au développement de leur pays d'origine en envoyant chez eux une partie de ce qu'ils gagnent. Ces envois dépassent déjà les flux officiels d'aide au développement. Il est important de faire en sorte que ces fonds puissent être utilisés de manière productive, par exemple en veillant à ce que les immigrés (en particulier les femmes) et leurs familles aient accès à des services bancaires.

En conséquence, l'Internationale socialiste des Femmes appelle les gouvernements à:

  • garantir des politiques d'égalité des chances pour les immigées, des politiques destinées à instaurer non pas des mesures de protection mais des droits de citoyenneté;
  • promouvoir des politiques qui donnent aux immigrées les moyens de s'autonomiser en leur permettant de se faire entendre et de se défendre contre le racisme, les discriminations et l'exploitation;
  • développer une charte des droits de citoyenneté des immigrées couvrant le droit à des services de santé, à une orientation professionnelle et à une formation, ainsi qu'à la reconnaissance des qualifications obtenues dans le pays d'origine, et le droit de travailler dans des conditions acceptables;
  • créer des politiques visant à défendre les droits humains des femmes dans la lutte contre le trafic des femmes et contre le crime organisé transnational, en insistant surtout sur l'exploitation sexuelle et l'augmentation du nombre des femmes utilisées dans ce but et à;
  • mettre en place des mesures telles que:
    • la collecte, l'analyse et l'échange de données compatibles entre les divers acteurs, y compris les ONG;
    • l'organisation de campagnes d'information et de prévention axées sur les victimes potentielles et les fonctionnaires gouvernementaux dans les pays d'origine et de transit;
    • le développement d'un système global d'alerte surveillant les flux probables de réfugiés et d'émigrés, afin de prévenir à la source la traite des femmes et des enfants.

Finalement l'Internationale socialiste des Femmes estime que les pays de destination devraient accorder aux victimes de la traite des êtres humains un permis de séjour provisoire, indépendamment de leur volonté de témoigner ou non, pendant la durée de la procédure judiciaire qui devrait avoir lieu pour toute victime de la traite.

 

Actualités

Une bonne éducation est la meilleure garantie pour une bonne vie

Article de Tuula Peltonen, publié dans le journal Brussels Morning le 09 septembre 2021

En Finlande, les écoles commencent tout juste leur session d'automne. Malgré la pandémie de coronavirus, les écoles rouvriront normalement et des milliers d'enseignants reprendront l'enseignement...

Déclaration sur la situation des femmes et les droits des femmes en Afghanistan

26 août 2021

Suite à la chute de l'Afghanistan aux mains des talibans, l'Internationale socialiste des Femmes affirme sa ferme solidarité aux côtés de la communauté internationale, à la fois pour condamner toutes les formes de violence et d'oppression en Afghanistan et pour soutenir fermement les civils innocents pris dans cette situation affligeante...

Le rôle des femmes dans une paix durable pour un développement inclusif et la sécurité économique

Article de Shazia Marri, publié dans le journal Brussels Morning le 30 juillet 2021

Tout au long de l'histoire, les femmes ont joué un rôle central dans le façonnement de l'avenir. Qu'il s'agisse des luttes pour la liberté en Asie et en Afrique ou de l'essor économique de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale, les femmes ont prouvé à maintes reprises leur résilience face au danger comme aux difficultés...

L’annulation de la dette - Un soulagement pour les femmes de ces pays

Article de Chantal Kambiwa, publié dans le journal Brussels Morning le 17 juin 2021

La question de la reconnaissance des droits des femmes et des filles dans différentes régions du monde et plus particulièrement en Afrique, est de plus en plus au cœur de plusieurs stratégies de développement. Est-ce une reconnaissance de ses valeurs ainsi qu’une volonté de la voir s’épanouir ?...

Nous devons défendre les progrès en matière d'égalité des sexes après la pandémie de COVID-19

Article de Ouafa Hajji, publié dans le journal Brussels Morning le 24 mai 2021

Les femmes et les filles ont payé un prix disproportionné pour l'arrêt économique pendant la pandémie, en particulier dans les pays en développement; nos politiques devraient empêcher que cela ne devienne la nouvelle norme, soutient Ouafa Hajji...

Notre soutien à Sandra Torres

30 avril 2021

L’Internationale socialiste des Femmes, ISF, souhaite exprimer son soutien à Sandra Torres, dirigeante de l’Unidad Nacional de la Esperanza (UNE) du Guatemala et l’une des vice-présidentes de l’IS....

Réunion du Conseil de l'ISF

30 avril 2021

Comment réinventer notre avenir après la COVID-19

Les femmes sont la patrie des autres

Article de Hilal Dokuzcan, publié dans le journal Brussels Morning le 30 mars 2021

Alors que la Turquie se retire de la convention d'Istanbul, à laquelle un gouvernement de l'AKP a adhéré en 2011, un politicien turc réfléchit à la poursuite des femmes partout dans le monde. Il n'y a pas de patrie pour les femmes, souligne-t-elle, à part les autres femmes...

Déclaration sur le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul

22 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes est attristée d’apprendre la décision de la Turquie de se retirer de la Convention d’Istanbul déterminée par un décret présidentiel du 20 mars 2021...

Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique – La clé pour obtenir l’égalité des sexes

16 Mars 2021

65 Session de la Commission sur le Statut des Femmes (CSW) Nations Unies, New York, du 15 au 26 Mars 2021

Événement parallèle organisé par l’Internationale Socialiste des Femmes

Journée internationale de la Femme

08 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes (ISF) applaudit chaleureusement le thème de la Journée internationale des femmes de cette année : « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19. »..

Bonne fêtes

Décembre 2020

Paíx et égalité pour 2021

Réunion exécutive de l'ISF

18 Décembre 2020

COVID-19 et son impact sur les femmes et l'égalité des sexes dans les différentes régions

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

25 Novembre 2020

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est un puissant appel pour exprimer notre solidarité avec toutes les femmes et les filles dans le monde...

Message de soutien à la Turquie et à la Grèce après le séisme du 30 octobre

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes offre ses sincères condoléances à la Turquie et à la Grèce après le séisme dévastateur sous la mer Égée le 30 octobre 2020...

Message de solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant la pandémie de COVID-19

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes exprime sa solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant cette période profondément douloureuse et dévastatrice de la pandémie de COVID-19...

Publications

Les cent premières années

Bref historique de l'Internationale socialiste des Femmes

Par Irmtraut Karlsson

Ce livre raconte l'histoire des cent premières années de l'Internationale socialiste des Femmes

FIN