L'impact de la migration sur les femmes

Saint-Domingue, République Dominicaine, les 20 et 21 novembre 2009

Résolution

La migration est une question complexe. Pour bien cerner cette complexité, il faut citer les différents types de migration : interne, internationale, temporaire, permanente, légale, illégale, volontaire ou forcée. Il est également important de comprendre les différences géographiques des migrations car les motifs d’une migration peuvent varier d’une région à une autre ou d’un pays à un autre. Il existe également un aspect des migrations lié au sexe - sur 200 millions de migrants internationaux, la moitié sont des femmes - et l’impact, les influences et les expériences de la migration peuvent être différents pour les femmes et pour les hommes.

Dans certains cas, les migrantes choisissent leur départ, mais la majorité d’entre elles sont forcées à quitter leurs régions ou leurs pays pour différentes raisons : pauvreté, absence d'opportunités, conflits, persécution, dégradation environnementale ou catastrophe naturelle - autant de situations qui ont un impact sur leur sécurité et leurs moyens de vie.

Les femmes qui choisissent de migrer vivent cette migration différemment des femmes forcées à migrer, et l’impact sur les familles et communautés qu’elles laissent derrière elles dépend des raisons de la migration. La migration peut aussi avoir un impact affectif et psychologique sur les femmes lorsqu’elles migrent seules et abandonnent leurs familles et leurs enfants. Les femmes migrantes doivent commencer une nouvelle vie dans leur pays d’accueil, mais si elles sont déportées elles doivent abandonner leurs enfants, leurs biens et leur domicile, fruits de nombreux sacrifices. Très souvent, les autorités font adopter leurs enfants par d'autres familles, ce qui constitue une violation de leurs droits fondamentaux.

En général, la migration a un impact sur le statut et le rôle des femmes. Il est évident que les femmes qui choisissent de migrer s’intègrent et s’adaptent mieux à leur région ou pays d’accueil. Leurs expériences peuvent être positives et bénéfiques, alors que celles qui sont forcées à migrer peuvent vivre des expériences négatives, douloureuses, voire traumatisantes. Que ce soit un choix ou non, l’expérience de la migration reste un défi au niveau de la langue, du climat et des différences culturelles, sans parler de l’absence de lois et réglementations appropriées pour protéger les droits des migrantes.

Les femmes qui parviennent à trouver un emploi dans la région ou le pays d’accueil peuvent connaître une certaine indépendance et autonomisation économiques, ce qui n’est pas toujours le cas dans leurs pays d’origine, où les valeurs culturelles traditionnelles ou l’absence d’emplois, l’existence de familles nombreuses etc. forcent les femmes à être financièrement dépendantes de leurs conjoints ou époux. On peut aussi avancer que l’inégalité entre les sexes dans les pays d’origine représente un facteur puissant pour encourager les femmes à migrer, surtout lorsqu’elles ont des attentes économiques et politiques impossibles à réaliser chez elles. Par conséquent, cette situation peut entraîner des changements dans la dynamique relationnelle et familiale alors que les conjoints et maris refusent ou sont incapables d'accepter ou de s'adapter à la nouvelle situation dans laquelle les femmes ont des revenus importants ou deviennent les soutiens de famille. Cette évolution des rôles et responsabilités peut être un signe d’autonomisation mais peut également créer des pressions supplémentaires sur les femmes qui devront trouver un équilibre entre les responsabilités familiales, les corvées domestiques, les soins et la garantie de la sécurité financière, ce qui augmente considérablement leur charge de travail.

Les rôles traditionnels des sexes en ce qui concerne la place des femmes dans la société peuvent également déterminer le type de travail que font les migrantes, ce qui peut déboucher sur des emplois mal rémunérés comme ceux d’employée de maison. Ces emplois comportent un risque : les migrantes peuvent devenir isolées et se trouver plus vulnérables aux mauvais traitements de la part de leurs employeurs. Dans certains cas,  on les empêche d'exercer leurs droits en tant que travailleuses. De plus, les femmes admises dans la communauté en tant que travailleuses sont souvent consignées à des emplois « féminins » tels que ceux d’infirmière, bonne d’enfant, femme de ménage ou assistante de service clientèle à salaire peu élevé.

La définition des femmes lorsqu’elles entrent dans le pays peut également influencer leurs droits et avantages sociaux, y compris la capacité à obtenir rapidement leur naturalisation. Des études ont montré que les femmes se voient refusées la naturalisation plus souvent que les hommes. Mais les lois et réglementations d’immigration dans le pays d’accueil influencent différemment la migration des hommes et celle des femmes. Les politiques de migration des pays d’accueil posent implicitement l’hypothèse d’un statut de « personne dépendante » pour les femmes et celle d’un statut de « personne indépendante » pour les hommes. Les femmes sont souvent classifiées en fonction de leur relation avec les hommes qui les accompagnent dans leur migration.

Un autre aspect très important de la migration concerne les fonds envoyés par les femmes migrantes à leurs familles dans leur pays d’origine, qui peuvent représenter une source de revenus importante pour le foyer. Les données de la Banque mondiale pour 2004 indiquent que les fonds reçus par les pays en développement représentaient 126 milliards de dollars US, soit près du double de l’Assistance officielle au développement (ODA) et environ 75 pour cent du total des investissements étrangers directs. Malheureusement, il n’existe pas de données en fonction des sexes pouvant indiquer la contribution des femmes à ces versements de fonds, mais on sait que dans certains pays cette contribution est importante. En ce qui concerne les Dominicains vivant en Espagne, par exemple, ce sont les femmes qui envoient jusqu’à 78 pour cent des fonds, alors qu’elles ne représentent que 61,4 pour cent des migrants.

Un impact grave de la migration des femmes est le « care-drain » sur les pays d’origine, lorsque les infirmières, sages-femmes et femmes docteurs migrent. Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un ratio de 100 infirmières pour 100 000 habitants, dans certains pays d'Afrique cette proportion est passée à 10 pour 100 000 habitants. Parallèlement, dans certains pays scandinaves, le ratio est parfois de 2000 infirmières pour 100 000 habitants.

L’une des principales sources de préoccupation est la traite des femmes et jeunes filles forcées à se prostituer et à subir d’autres formes d’exploitation, qui sont une forme d’esclavage moderne.

C’est pourquoi l’Internationale Socialiste des Femmes :

Demande aux gouvernements de développer des politiques et programmes visant à améliorer l’accès des femmes migrantes à de meilleures opportunités d’emploi, un hébergement sûr, la formation linguistique, aux soins de santé, au soutien psychologique et à d'autres prestations ;

Insiste auprès des gouvernements de ratifier et d'appliquer tous les instruments juridiques internationaux promouvant et protégeant les droits des femmes et jeunes filles migrantes ;

Lance un appel à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) d’aider les gouvernements nationaux à faire en sorte que leurs politiques de migration et de développement soient sensibles aux différences entre les sexes et tiennent compte des besoins spécifiques des femmes ;

Demande aux gouvernements d’améliorer les relations et la compréhension entre cultures et religions et d’aider les migrants à mieux s’intégrer dans leurs nouvelles communautés et pays d’accueil ;

Demande aux gouvernements d’interdire les sanctions et la déportation des femmes victimes de la traite et de développer des stratégies pour les protéger et les soutenir tout en leur accordant leurs droits et

Insiste auprès des gouvernements de promouvoir et soutenir des projets de création de revenus qui contribueront à réduire les migrations des femmes.

Enfin, dans l’objet de créer des stratégies fructueuses, l'ISF souligne la nécessité de mener des études et d’améliorer la collecte des données pour fournir des bases qui permettront de formuler des politiques et programmes de migration sensibles aux différences entre les sexes.

 

 

Actualités

Une bonne éducation est la meilleure garantie pour une bonne vie

Article de Tuula Peltonen, publié dans le journal Brussels Morning le 09 septembre 2021

En Finlande, les écoles commencent tout juste leur session d'automne. Malgré la pandémie de coronavirus, les écoles rouvriront normalement et des milliers d'enseignants reprendront l'enseignement...

Déclaration sur la situation des femmes et les droits des femmes en Afghanistan

26 août 2021

Suite à la chute de l'Afghanistan aux mains des talibans, l'Internationale socialiste des Femmes affirme sa ferme solidarité aux côtés de la communauté internationale, à la fois pour condamner toutes les formes de violence et d'oppression en Afghanistan et pour soutenir fermement les civils innocents pris dans cette situation affligeante...

Le rôle des femmes dans une paix durable pour un développement inclusif et la sécurité économique

Article de Shazia Marri, publié dans le journal Brussels Morning le 30 juillet 2021

Tout au long de l'histoire, les femmes ont joué un rôle central dans le façonnement de l'avenir. Qu'il s'agisse des luttes pour la liberté en Asie et en Afrique ou de l'essor économique de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale, les femmes ont prouvé à maintes reprises leur résilience face au danger comme aux difficultés...

L’annulation de la dette - Un soulagement pour les femmes de ces pays

Article de Chantal Kambiwa, publié dans le journal Brussels Morning le 17 juin 2021

La question de la reconnaissance des droits des femmes et des filles dans différentes régions du monde et plus particulièrement en Afrique, est de plus en plus au cœur de plusieurs stratégies de développement. Est-ce une reconnaissance de ses valeurs ainsi qu’une volonté de la voir s’épanouir ?...

Nous devons défendre les progrès en matière d'égalité des sexes après la pandémie de COVID-19

Article de Ouafa Hajji, publié dans le journal Brussels Morning le 24 mai 2021

Les femmes et les filles ont payé un prix disproportionné pour l'arrêt économique pendant la pandémie, en particulier dans les pays en développement; nos politiques devraient empêcher que cela ne devienne la nouvelle norme, soutient Ouafa Hajji...

Notre soutien à Sandra Torres

30 avril 2021

L’Internationale socialiste des Femmes, ISF, souhaite exprimer son soutien à Sandra Torres, dirigeante de l’Unidad Nacional de la Esperanza (UNE) du Guatemala et l’une des vice-présidentes de l’IS....

Réunion du Conseil de l'ISF

30 avril 2021

Comment réinventer notre avenir après la COVID-19

Les femmes sont la patrie des autres

Article de Hilal Dokuzcan, publié dans le journal Brussels Morning le 30 mars 2021

Alors que la Turquie se retire de la convention d'Istanbul, à laquelle un gouvernement de l'AKP a adhéré en 2011, un politicien turc réfléchit à la poursuite des femmes partout dans le monde. Il n'y a pas de patrie pour les femmes, souligne-t-elle, à part les autres femmes...

Déclaration sur le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul

22 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes est attristée d’apprendre la décision de la Turquie de se retirer de la Convention d’Istanbul déterminée par un décret présidentiel du 20 mars 2021...

Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique – La clé pour obtenir l’égalité des sexes

16 Mars 2021

65 Session de la Commission sur le Statut des Femmes (CSW) Nations Unies, New York, du 15 au 26 Mars 2021

Événement parallèle organisé par l’Internationale Socialiste des Femmes

Journée internationale de la Femme

08 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes (ISF) applaudit chaleureusement le thème de la Journée internationale des femmes de cette année : « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19. »..

Bonne fêtes

Décembre 2020

Paíx et égalité pour 2021

Réunion exécutive de l'ISF

18 Décembre 2020

COVID-19 et son impact sur les femmes et l'égalité des sexes dans les différentes régions

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

25 Novembre 2020

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est un puissant appel pour exprimer notre solidarité avec toutes les femmes et les filles dans le monde...

Message de soutien à la Turquie et à la Grèce après le séisme du 30 octobre

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes offre ses sincères condoléances à la Turquie et à la Grèce après le séisme dévastateur sous la mer Égée le 30 octobre 2020...

Message de solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant la pandémie de COVID-19

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes exprime sa solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant cette période profondément douloureuse et dévastatrice de la pandémie de COVID-19...

Publications

Les cent premières années

Bref historique de l'Internationale socialiste des Femmes

Par Irmtraut Karlsson

Ce livre raconte l'histoire des cent premières années de l'Internationale socialiste des Femmes

FIN