Les femmes et le printemps arabe

Istanbul, Turquie, 08 - 09 novembre 2013

Résolution

Les femmes ont joué un rôle de premier plan dans les mouvements pro-démocratie de 2010 au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, désignés par l'expression Printemps arabe. Des dizaines de milliers de femmes en Tunisie, Égypte, Libye, Yémen, Bahreïn et Syrie de différents milieux et générations ont été organisatrices, blogueuses et oratrices, et ont soigné les blessés. Elles ont manifesté pour la libération de membres de leurs familles et ont fêté publiquement la Journée internationale de la Femme le 8 mars. Elles se sont mises en danger et n’ont pas échappé au coût humain de ces soulèvements.

Mais lorsque des demandes ont été exprimées pour de nouvelles institutions, les femmes ont été mises à l’écart. La représentation égale des deux genres pendant les manifestations ne s'est pas reflétée dans les nouveaux organes décisionnels et les propositions de nouveaux textes de loi. Au contraire, les nouveaux gouvernements, dont beaucoup sont à dominance religieuse, qui ont remplacé les dictatures politiques renversées, excluent les femmes de la prise de décisions et rédigent actuellement des politiques introduisant une discrimination active contre elles. Dans certains pays, les femmes ont même été activement menacées de violence dans le cadre de ce qui semble être une tentative pour les exclure de la sphère publique.

Après le Printemps arabe en Égypte par exemple les manifestantes contre les Frères musulmans aujourd'hui renversés ont été ciblées par des violences extrêmes, des voies de fait et des harcèlements sexuels sur la place Tahrir entre 2012 et 2013. En l'absence d'une réaction de la police, un réseau de citoyens des deux sexes s'est constitué pour protéger les femmes activistes.

Et maintenant en Syrie, où le soulèvement s'est transformé en guerre civile, les femmes et les jeunes filles fuient la généralisation des viols et harcèlements sexuels utilisés comme arme de guerre, selon le Comité International de Sauvetage. D'après certains rapports, des tireurs d'élite ont même visé des femmes enceintes dans le nord de la Syrie, tuant le bébé et souvent la mère.

L'Internationale socialiste des Femmes exige que les nouveaux gouvernements au Moyen-Orient et en Afrique du Nord fassent en sorte de toute urgence que la violence contre les femmes soit reconnue comme une violation des droits de la personne humaine, qu'ils révisent les lois nationales en conséquence, conformément aux traités internationaux des droits de la personne humaine et qu'ils prennent des mesures contre les agresseurs.

Au plan politique, la représentation des femmes au sein de la plupart des gouvernements du Moyen-Orient et d'Afrique du nord a diminué. En Égypte, où les femmes occupaient auparavant 12 pour cent des sièges, elles n'en occupent maintenant que deux pour cent au sein du gouvernement temporaire soutenu par l'armée, résultat de l'abandon du système de quotas après la révolution. Bien que le gouvernement ait annoncé que 25 pour cent des sièges municipaux devaient être réservés aux femmes, il y a que 10 pour cent de femmes à l'Assemblée constituante qui modifie la constitution et introduit des dispositions sur la religion et la famille qui pourraient réduire les droits des femmes.

L'absence de nombres suffisants de femmes dans les organes décisionnels entraîne l'introduction de nouvelles politiques discriminatoires, y compris la levée de l'interdiction de la polygamie, le mariage des jeunes filles mineures, l'introduction de la circoncision féminine dans les pays où cette pratique est totalement étrangère, et l'exclusion des femmes du marché du travail.

Dans certains pays, on remarque des signes d'inclusion politique qui donnent à espérer, mais la lutte pour reconquérir le terrain perdu au niveau de l'égalité des sexes se poursuit et il reste beaucoup de travail à faire. La Libye et la Tunisie ont utilisé un modèle de « liste en alternance » pour leurs élections, en alternant candidats masculins et féminins, qui a permis de maintenir le nombre de femmes au parlement, mais cela ne se traduit pas nécessairement par des politiques non discriminatoires.

En Libye, 17 pour cent de femmes ont été élues au cours des premières élections libres pour siéger à l'Assemblée Nationale Générale de Libye. Mais seulement deux ont été nommées au cabinet de 33 membres du gouvernement intermédiaire qui a suivi. Les femmes exigeaient un minimum de 15 sièges au comité de 60 sièges chargé de rédiger la nouvelle constitution, mais n'en ont reçu que six.

En Tunisie, qui était auparavant un bastion relatif des droits des femmes, les femmes ont obtenu 23 pour cent des sièges de l'Assemblée constituante aux élections de 2011. Mais 42 de ces 49 femmes sont membres du parti islamiste Ennahdha. Par conséquent, l'Assemblée constituante a tenté d'annuler l'article d'égalité enchâssé dans la constitution il y a 60 ans pour le remplacer par un nouveau concept selon lequel les femmes étaient seulement « complémentaires » des hommes. Les organisations des droits des femmes ont mené une campagne réussie contre cette tentative. Mais la Tunisie conserve des lois discriminatoires qui ne reconnaissent pas le viol dans un mariage ou les abus affectifs. Par exemple, si un étranger viole une femme, on peut abandonner les poursuites contre lui s'il accepte d'épouser la victime.

La démocratie représentative n'a pas le droit de porter son nom si elle exclut la moitié de la population. Si les femmes n'ont pas de représentantes, elles sont en réalité sous la tutelle des hommes. L'Internationale socialiste des Femmes exige que les gouvernements du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord incluent les femmes, dont le potentiel est souvent sous-utilisé, au sein des systèmes de gouvernement.

L'Internationale socialiste des Femmes soutient les exigences des organisations de femmes en Égypte pour la révision de la constitution de leur pays afin d'inclure un quota de sièges féminins au parlement et dans les organes décisionnels, et en appelle à tous les gouvernements du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord d'appliquer ce principe dans leurs constitutions. Pour soutenir cet effort, la communauté internationale doit appliquer une politique globale envers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord pour soutenir les conditions de démocratisation dans lesquelles les femmes sont également représentées.

L’Internationale socialiste des Femmes demande donc à toutes les parties prenantes, en particulier aux gouvernements dirigés par des partis socialistes et socio-démocrates et à tous les partis membres de l‘Internationale Socialiste de :

confirmer leur plein engagement auprès des femmes arabes progressistes dans leur lutte pour l'égalité politique, en termes d'égalité des droits et de participation égale aux décisions :

dissocier les affaires de l'état du domaine des croyances religieuses est une condition essentielle pour la promotion de la démocratie , la garantie de libertés fondamentales et les droits fondamentaux de la personne sur la base de l'égalité pour tous , sans distinction de race, d'ethnie, de genre, d'orientation sexuelle ou de croyances religieuses ;

réaffirmer leur soutien envers la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations-Unies, qui souligne l'importance de la participation des femmes aux processus de paix et de démocratisation ;

soutenir et aider les femmes arabes progressistes à s'organiser au plan national et régional et encourager la construction de vraies démocraties engagées à promouvoir la responsabilisation des femmes dans toutes les sphères de la vie et de les libérer de toutes les formes de discrimination, efforts qui accompagnent le développement socio-économique de ces pays ;

conserver l'égalité des femmes dans les nouvelles constitutions des pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, spécifiquement avec un quota de 30 pour cent minimum pour les femmes dans les organes décisionnels et du gouvernement ;

appeler les pays donateurs internationaux à investir dans des programmes de développement à long terme qui changent les pratiques représentant des obstacles à la participation des femmes à la vie publique et soutiennent les initiatives qui comblent le fossé religion-laïcité ;

exprimer leur grande inquiétude face à la répression, la violence physique et les mauvais traitements subis par les citoyens de la Syrie, et qui touchent particulièrement les femmes ;

ratifier et appliquer tous les traités régionaux et internationaux pertinents pour protéger les femmes contre les violences sexuelles suite au Printemps arabe ; et

réitérer l'importance de la promotion des organisations des femmes dans la région méditerranéenne, dans le Caucase et au Moyen-Orient, en vue d'échanger des idées et expériences qui renforceront la solidarité entre les femmes de ces régions et encourageront une culture de paix et de coexistence.

______________  

 

 

Actualités

Une bonne éducation est la meilleure garantie pour une bonne vie

Article de Tuula Peltonen, publié dans le journal Brussels Morning le 09 septembre 2021

En Finlande, les écoles commencent tout juste leur session d'automne. Malgré la pandémie de coronavirus, les écoles rouvriront normalement et des milliers d'enseignants reprendront l'enseignement...

Déclaration sur la situation des femmes et les droits des femmes en Afghanistan

26 août 2021

Suite à la chute de l'Afghanistan aux mains des talibans, l'Internationale socialiste des Femmes affirme sa ferme solidarité aux côtés de la communauté internationale, à la fois pour condamner toutes les formes de violence et d'oppression en Afghanistan et pour soutenir fermement les civils innocents pris dans cette situation affligeante...

Le rôle des femmes dans une paix durable pour un développement inclusif et la sécurité économique

Article de Shazia Marri, publié dans le journal Brussels Morning le 30 juillet 2021

Tout au long de l'histoire, les femmes ont joué un rôle central dans le façonnement de l'avenir. Qu'il s'agisse des luttes pour la liberté en Asie et en Afrique ou de l'essor économique de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale, les femmes ont prouvé à maintes reprises leur résilience face au danger comme aux difficultés...

L’annulation de la dette - Un soulagement pour les femmes de ces pays

Article de Chantal Kambiwa, publié dans le journal Brussels Morning le 17 juin 2021

La question de la reconnaissance des droits des femmes et des filles dans différentes régions du monde et plus particulièrement en Afrique, est de plus en plus au cœur de plusieurs stratégies de développement. Est-ce une reconnaissance de ses valeurs ainsi qu’une volonté de la voir s’épanouir ?...

Nous devons défendre les progrès en matière d'égalité des sexes après la pandémie de COVID-19

Article de Ouafa Hajji, publié dans le journal Brussels Morning le 24 mai 2021

Les femmes et les filles ont payé un prix disproportionné pour l'arrêt économique pendant la pandémie, en particulier dans les pays en développement; nos politiques devraient empêcher que cela ne devienne la nouvelle norme, soutient Ouafa Hajji...

Notre soutien à Sandra Torres

30 avril 2021

L’Internationale socialiste des Femmes, ISF, souhaite exprimer son soutien à Sandra Torres, dirigeante de l’Unidad Nacional de la Esperanza (UNE) du Guatemala et l’une des vice-présidentes de l’IS....

Réunion du Conseil de l'ISF

30 avril 2021

Comment réinventer notre avenir après la COVID-19

Les femmes sont la patrie des autres

Article de Hilal Dokuzcan, publié dans le journal Brussels Morning le 30 mars 2021

Alors que la Turquie se retire de la convention d'Istanbul, à laquelle un gouvernement de l'AKP a adhéré en 2011, un politicien turc réfléchit à la poursuite des femmes partout dans le monde. Il n'y a pas de patrie pour les femmes, souligne-t-elle, à part les autres femmes...

Déclaration sur le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul

22 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes est attristée d’apprendre la décision de la Turquie de se retirer de la Convention d’Istanbul déterminée par un décret présidentiel du 20 mars 2021...

Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique – La clé pour obtenir l’égalité des sexes

16 Mars 2021

65 Session de la Commission sur le Statut des Femmes (CSW) Nations Unies, New York, du 15 au 26 Mars 2021

Événement parallèle organisé par l’Internationale Socialiste des Femmes

Journée internationale de la Femme

08 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes (ISF) applaudit chaleureusement le thème de la Journée internationale des femmes de cette année : « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19. »..

Bonne fêtes

Décembre 2020

Paíx et égalité pour 2021

Réunion exécutive de l'ISF

18 Décembre 2020

COVID-19 et son impact sur les femmes et l'égalité des sexes dans les différentes régions

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

25 Novembre 2020

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est un puissant appel pour exprimer notre solidarité avec toutes les femmes et les filles dans le monde...

Message de soutien à la Turquie et à la Grèce après le séisme du 30 octobre

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes offre ses sincères condoléances à la Turquie et à la Grèce après le séisme dévastateur sous la mer Égée le 30 octobre 2020...

Message de solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant la pandémie de COVID-19

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes exprime sa solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant cette période profondément douloureuse et dévastatrice de la pandémie de COVID-19...

Publications

Les cent premières années

Bref historique de l'Internationale socialiste des Femmes

Par Irmtraut Karlsson

Ce livre raconte l'histoire des cent premières années de l'Internationale socialiste des Femmes

FIN