Les Objectifs du Millénaire pour le développement et l’agenda post-2015 pour le développement

Istanbul, Turquie, 08 - 09 novembre 2013

Discours de Ouafa Hajji, Présidente de l'Internationale socialiste des Femmes, ISF

Cheres camarades Je suis extrêmement heureuse que notre réunion se tienne ici à Istanbul. C’est dans cette belle ville tournée vers deux mondes, l’orient et l’occident, que la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, a été signée en avril 2011. Je ne peux m’empêcher d’y penser même si ce n’est pas l’objet de nos travaux aujourd’hui car ce texte fondamental est le premier instrument juridiquement contraignant en Europe et qui je l’espère transcendera ses frontières.

C’est aussi dans cette ville que nous nous réunissons aujourd’hui pour contribuer, à notre niveau, celui de l’ISF, aux objectifs du millénaire et l’agenda post 2015.

Avant d'aborder les themes de notre reunion, j'aimerais exprimer a nos camarades et soeurs du Parti republicain du peup,e de Turquie toute la solidarite et le soutien de l'ISF au combat qu'elles menent aujourd'hui face aux tentatives de remise en cause du statut des femmes, de leurs droits, dignite et de leur liberte. Ces droits que les femmes de Turquie ont acquis depuis longtemps et qui font partie de l'histoire de ce pays, de sa civilisation. Ces tentatives de regression, largment combattues grace a votrecourage et votre abnegation.

Chers camarades,

Vous me permettrez de rappeler brièvement que le Sommet du Millénaire, du 6 au 8 septembre 2000 au siège de l’ONU à New York, a été le plus grand rassemblement de chefs d'État et de gouvernement de tous les temps. Il s’est conclut avec l’adoption par les 189 États Membres de la Déclaration du Millénaire, dans laquelle ont été énoncés les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). L’engagement de tous est leur réalisation au 31 décembre 2011 :

  1. Éliminer l’extrême pauvreté et la faim
  2. Assurer l’éducation primaire pour tous
  3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
  4. Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans
  5. Améliorer la santé maternelle
  6. Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies
  7. Assurer un environnement durable
  8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

8 objectifs, 21 cibles spécifiques et 48 indicateurs économiques et sociaux pour mesurer les progrès réalisés.

Nous sommes aujourd’hui, à moins de 800 jours de la date d’échéance. Les différents rapports des Nations Unies sur la question nous informent que d’énormes progrès ont été réalisés mais aussi que le chemin qui reste à parcourir est encore très long. Le premier rapport de la Task Team des Nations Unies (composée d’experts de plus d’une soixantaine d’agences onusiennes) révèle les forces et les faiblesses des OMD, qui seront essentielles à prendre en compte dans la définition de l’agenda du développement de l’après 2015.

Parmi les meilleurs résultats, je ne citerai que : (1) La réduction de l’extrême pauvreté sur le plan mondial de moitié, soit 700 millions de personnes en moins vivant dans des conditions d’extrême pauvreté en 2010 qu’en 1990. (2) L’accès de plus de 2 milliards de personnes à des sources d’eau potable améliorées. (3) Des progrès remarquables dans la lutte contre le paludisme et la tuberculose. (4) La diminution du taux de personnes sous alimentée à 23.2% entre 1990-1992 à 14.9% en 2010-2012.

(5) De plus en plus de femmes dans le monde sont des élues et siègent dans les parlements et ce grâce au système des quotas. (6) La représentation proportionnelle a permis l’augmentation du nombre des femmes parlementaires (25 %) en 2012 plus que le système au scrutin majoritaire (14 %) ou une combinaison de ces deux systèmes (18 %). (7) La mortalité maternelle a été réduite de moitié par rapport à 1990 passant de 400 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes en 1990, à 210 décès en 2010.

Parmi les résultats les moins bons et qui nous touchent de plus près au sein de l’ISF, je citerai : (1) Si le taux mondial de mortalité des enfants de moins de cinq ans a diminué de 41 %, plus de 100 millions d’enfants souffrent encore de sous alimentation. (2) L’inégalité des sexes au niveau du pouvoir décisionnel persiste. Les femmes n’ont toujours pas droit à la parité avec les hommes pour prendre part aux décisions qui affectent leur vie. (3) Dans 63 pays, les filles courent plus le risque d’être non scolarisées que les garçons dans les groupes d’âge du primaire et du premier cycle du secondaire. (4) Dans tous les pays en développement, les femmes ont des emplois moins sécurisés que les hommes et dans beaucoup de pays développés ou sous développés les salaires sont très inégalitaires pour le même travail.

Cheres camarades

La réduction de la pauvreté a été la plus rapide de l’histoire de l’humanité mais le chemin vers son éradication est encore long. Les membres du Groupe de personnalités de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après-2015, à qui je tiens à rendre hommage pour leur rapport (mai 2013), ont fait le constat que les questions de développement durable de l’environnement, d’employabilité et de travail décent et d’inégalités doivent être au cœur de l’après 2015. Les OMD n’ont accordé que peu de place aux catalyseurs du développement et les conjonctures nationales et régionales n’ont pas facilité la tâche. (Titre du rapport : Pour un nouveau partenariat mondial : Vers l’éradication de la pauvreté et la transformation des économies par le biais du développement durable).

Les membres du Groupe ont été à l’écoute de milliers de personnes (à travers les enquêtes et les rapports) et sur la question féminine voilà leur conclusion : « Les femmes et les jeunes filles ont insisté sur la protection de leur droit à la propriété et de leur accès à la terre ; elles veulent en outre que leur voix soit entendue et participer à la vie économique et politique. Elles ont également demandé au Groupe d’œuvrer pour mettre fin aux violences contre les femmes et à la discrimination sur le lieu de travail, à l’école et dans le droit ».

Je tenais à vous lire cette conclusion qui restitue de manière si simple les vœux de toutes les femmes particulièrement celles qui aspire à plus de droits et dont on n’entend pas la voix. Je pense aux femmes du printemps arabe et j’oserais dire que dans leur cas ce qui se fait sans elle se fait contre elle.

Cheres camarades,

Comment allons-nous tous ensemble nous investir dans ce nouvel agenda unifié de développement durable ? Telle est la véritable question qui se pose aujourd’hui à l’ISF dans un contexte difficile ? Depuis cinq ans, le monde connaît une crise économique sans précédent. Les femmes sont les plus touchées par la crise et les politiques d’austérité qui s’ensuivent. En outre, plusieurs pays subissent des crises politiques, je pense à l’Afrique subsaharienne et au monde arabe). Ce contexte, auquel s’ajoutent les changements climatiques, complique les choses mais nous ne pouvons l’utiliser comme prétexte pour ralentir nos efforts. Il doit bien au contraire nous motiver pour continuer à éclairer, par nos travaux et nos résolutions, des actions politiques cohérentes en faveur des femmes.

Le défi qui se pose à l’ISF aujourd’hui est un effort de réflexion prospectif et d’anticipation afin d’offrir à la moitié de la population mondiale (les femmes), dans le nouvel agenda, des perspectives prometteuses tant les domaines économique, social qu’environnemental, les trois piliers du développement durable. Comment les femmes peuvent participer au développement durable ? Le rapport de la Task Force des Nations unies sur l’éducation et l’égalité des sexes reconnaît que le développement ne peut avoir lieu sans l’autonomisation des femmes.

Les questions sont nombreuses et multiples et la journée qui nous attend sera longue. Je suis confiante de la part que nous pouvons apporter au nouvel agenda dans lequel l’égalité entre les hommes et les femmes ne devra être ni limitée ni lacunaire.

 

____________  

 

 

Actualités

Une bonne éducation est la meilleure garantie pour une bonne vie

Article de Tuula Peltonen, publié dans le journal Brussels Morning le 09 septembre 2021

En Finlande, les écoles commencent tout juste leur session d'automne. Malgré la pandémie de coronavirus, les écoles rouvriront normalement et des milliers d'enseignants reprendront l'enseignement...

Déclaration sur la situation des femmes et les droits des femmes en Afghanistan

26 août 2021

Suite à la chute de l'Afghanistan aux mains des talibans, l'Internationale socialiste des Femmes affirme sa ferme solidarité aux côtés de la communauté internationale, à la fois pour condamner toutes les formes de violence et d'oppression en Afghanistan et pour soutenir fermement les civils innocents pris dans cette situation affligeante...

Le rôle des femmes dans une paix durable pour un développement inclusif et la sécurité économique

Article de Shazia Marri, publié dans le journal Brussels Morning le 30 juillet 2021

Tout au long de l'histoire, les femmes ont joué un rôle central dans le façonnement de l'avenir. Qu'il s'agisse des luttes pour la liberté en Asie et en Afrique ou de l'essor économique de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale, les femmes ont prouvé à maintes reprises leur résilience face au danger comme aux difficultés...

L’annulation de la dette - Un soulagement pour les femmes de ces pays

Article de Chantal Kambiwa, publié dans le journal Brussels Morning le 17 juin 2021

La question de la reconnaissance des droits des femmes et des filles dans différentes régions du monde et plus particulièrement en Afrique, est de plus en plus au cœur de plusieurs stratégies de développement. Est-ce une reconnaissance de ses valeurs ainsi qu’une volonté de la voir s’épanouir ?...

Nous devons défendre les progrès en matière d'égalité des sexes après la pandémie de COVID-19

Article de Ouafa Hajji, publié dans le journal Brussels Morning le 24 mai 2021

Les femmes et les filles ont payé un prix disproportionné pour l'arrêt économique pendant la pandémie, en particulier dans les pays en développement; nos politiques devraient empêcher que cela ne devienne la nouvelle norme, soutient Ouafa Hajji...

Notre soutien à Sandra Torres

30 avril 2021

L’Internationale socialiste des Femmes, ISF, souhaite exprimer son soutien à Sandra Torres, dirigeante de l’Unidad Nacional de la Esperanza (UNE) du Guatemala et l’une des vice-présidentes de l’IS....

Réunion du Conseil de l'ISF

30 avril 2021

Comment réinventer notre avenir après la COVID-19

Les femmes sont la patrie des autres

Article de Hilal Dokuzcan, publié dans le journal Brussels Morning le 30 mars 2021

Alors que la Turquie se retire de la convention d'Istanbul, à laquelle un gouvernement de l'AKP a adhéré en 2011, un politicien turc réfléchit à la poursuite des femmes partout dans le monde. Il n'y a pas de patrie pour les femmes, souligne-t-elle, à part les autres femmes...

Déclaration sur le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul

22 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes est attristée d’apprendre la décision de la Turquie de se retirer de la Convention d’Istanbul déterminée par un décret présidentiel du 20 mars 2021...

Participation pleine et effective des femmes à la prise de décisions dans la sphère publique – La clé pour obtenir l’égalité des sexes

16 Mars 2021

65 Session de la Commission sur le Statut des Femmes (CSW) Nations Unies, New York, du 15 au 26 Mars 2021

Événement parallèle organisé par l’Internationale Socialiste des Femmes

Journée internationale de la Femme

08 Mars 2021

L’Internationale socialiste des Femmes (ISF) applaudit chaleureusement le thème de la Journée internationale des femmes de cette année : « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19. »..

Bonne fêtes

Décembre 2020

Paíx et égalité pour 2021

Réunion exécutive de l'ISF

18 Décembre 2020

COVID-19 et son impact sur les femmes et l'égalité des sexes dans les différentes régions

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

25 Novembre 2020

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est un puissant appel pour exprimer notre solidarité avec toutes les femmes et les filles dans le monde...

Message de soutien à la Turquie et à la Grèce après le séisme du 30 octobre

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes offre ses sincères condoléances à la Turquie et à la Grèce après le séisme dévastateur sous la mer Égée le 30 octobre 2020...

Message de solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant la pandémie de COVID-19

Octobre 2020

L’Internationale socialiste des Femmes exprime sa solidarité avec toutes les femmes et filles dans le monde pendant cette période profondément douloureuse et dévastatrice de la pandémie de COVID-19...

Publications

Les cent premières années

Bref historique de l'Internationale socialiste des Femmes

Par Irmtraut Karlsson

Ce livre raconte l'histoire des cent premières années de l'Internationale socialiste des Femmes

FIN